Les Versants d'aime - Communauté de communes

Accéder au contenu | Plan du site

Vous êtes ici : Accueil / Sports et loisirs / Base de loisirs / Puce du canard

Puce du canard

Qu’est-ce que la puce du canard ?

Tous les lacs d’eau douce accueillent des oiseaux et mollusques. C’est d’ailleurs un signe de qualité de l’eau et de biodiversité aquatique. La dermatite des baigneurs, (appelée communément « puce du lac ») est due à la pénétration à travers la peau de larves appelées cercaires. Le cercaire, parasite invisible à l’œil nu alterne les différentes phases de sa vie entre les canards et les escargots limnées (petits mollusques qui jonchent le fond).

En fonction de la température, les cercaires émergent des mollusques entre juin et août afin de trouver comme nouvel hôte un canard. Sauf qu’au lieu de parasiter les canards, les cercaires ou puce du canard confondent parfois les corps humains avec des canards… Ne pouvant survivre dans leur nouvel habitat, des petits boutons et démangeaisons apparaissent : c’est ce que l’on nomme la dermatite du baigneur.

Qualité de l’eau  La présence de « puces du canard » n’a aucun lien avec la qualité de l’eau de baignade. Les analyses faites régulièrement au plan d’eau (par un laboratoire indépendant) attestent de l’excellente qualité de l’eau de baignade du plan d’eau des Versants d’Aime.

Conséquences sur la santé La dermatite du nageur est une affection cutanée passagère la plupart du temps bénigne (mais parfois impressionnante par le nombre de boutons et l’ampleur des démangeaisons). Concrètement, de petites plaques rouges apparaissent et sont visibles durant 1 à 2 semaines.

La dermatite se manifeste aussitôt après la baignade par des picotements aux points de pénétration des larves. Peu après, apparaissent sur la peau de petites plaques rouges et des vésicules qui persistent cinq à quinze jours sans laisser de traces, mais qui peuvent provoquer des démangeaisons importantes. Ces éruptions sont localisées sur les parties du corps non couvertes par les maillots de bain.

Comment s’en protéger ? Une douche suivie d’un séchage vigoureux juste à la sortie de l’eau est la meilleure des solutions aujourd’hui, les larves n’ayant pas encore eu le temps de pénétrer sous la peau. Sur la base de loisirs, des douches sont d’ailleurs à votre disposition près du poste de secours. Dans la mesure du possible, pensez donc à vous rincez et à vous sécher énergiquement après la baignade.

Je me suis fait piquer, que faire ?

  • Consultez une pharmacie. Habitués au phénomène, ils vous conseilleront des pommades anti-inflammatoires adaptées.
  • L’application de glace sur les zones touchées, dès l’apparition des premiers signes, procure un soulagement immédiat.
  • En cas de surinfection, voir un médecin qui prescrira le traitement approprié.

 

Print Friendly, PDF & Email