Les Versants d'aime - Communauté de communes

Accéder au contenu | Plan du site

MENU

MENU

Vous êtes ici : Accueil / L’institution / Territoire / GEMAPI

GEMAPI

La GEMAPI (GEstion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations) est une compétence obligatoire de la communauté de communes depuis le 1er janvier 2018.  Mais en quoi cela consiste-t-il exactement ?

Dans le cadre de la GEMAPI, la communauté de communes intervient dans différents domaines comme l’entretien des cours d’eau ou la gestion des espèces invasives. Au-delà des mots et des textes, les équipes de la CoVA réalisent toute l’année des actions qui portent leurs fruits sur les différents secteurs du territoire.

 

Entretien des cours d’eau

Les prestations, essentiellement forestières et manuelles, compte-tenu des conditions d’accès, consistent à protéger les zones urbanisées par les actions suivantes :

• Améliorer les conditions d’écoulement et prévenir les risques d’embâcles ;
• Rétablir la capacité hydraulique des cours d’eau par curage ;
• Préserver les systèmes aquatiques ;
• Maintenir la stabilité des berges.

Ces prestations se concrétisent par :

  • Le nettoyage des berges par débroussaillage, l’abattage des arbres risquant de basculer dans le lit de la rivière et de déstabiliser les berges ;
  • Le suivi de l’état des cours d’eau et des écoulements ;
  • Le curage, l’enlèvement, le déplacement, le régalage (consiste à niveler un terrain), la scarification et la dévégétalisation d’atterrissement.

Interventions de curage réalisées

• Curage manuel des biefs (anciens canaux d’irrigation) de La Côte d’Aime et Valezan ;
• Curage à la pelle mécanique de la plage de dépôt du canal de Granier ;
• Nettoyage de 33 km de lits de cours d’eau.

Gestion des espèces invasives

Au vu de la colonisation observée d’espèces invasives végétales, particulièrement la renouée du Japon, les Versants d’Aime ont mis en place des actions préventives et curatives, notamment :

  • Le recensement des secteurs colonisés ou en cours de colonisation (principalement friches, zones humides et berges des cours d’eau) ;
  • Le traitement curatif des zones de colonisation, principalement par arrachage des pousses et fauches répétitives, ou autres actions spécifiques comme le bâchage qui consiste à recouvrir les invasives pour les empêcher de repousser.

Prévention contre les risques torrentiels et d’inondation, gestion des ouvrages de protection associés

  • Régularisation, surveillance et entretien des  ouvrages « digues » ;
  • Création et gestion d’ouvrages de protection contre les risques torrentiels et d’inondation ;
  • Suivi des opérations de prévention contre les inondations et de restauration des milieux aquatiques (diagnostic technique, passation des marchés publics, suivi des études et des travaux…) ;
  • Réalisation d’études de diagnostic sur les secteurs à enjeux (études hydrauliques, études sur le fonctionnement sédimentaire, etc) et études globales d’intérêt général.

Exemples de réalisations

 

Restauration de la zone humide des Chèzeries

Cette zone située sur la commune de la Côte d’Aime est une mosaïque de milieux diversifiés qui contribue ainsi à conforter la biodiversité sur le versant et présente différents enjeux :

• D’un point de vue hydrologique, elle a une action de soutien naturel à l’étiage mais également de recharge et protection des nappes phréatiques. Cela signifie qu’elle permet de maintenir un niveau d’eau suffisant pour permettre la survie de l’écosystème, même en période de sécheresse.
• D’un point de vue bio-écologique, elle permet une protection d’habitats d’intérêt patrimonial européen.

En voie d’assèchement progressif, cette zone humide se voit colonisée par des espèces végétales spécifiques (pelouse, îlots de végétation forestière) participant ainsi à la banalisation du milieu. De par ses enjeux et caractéristiques, il était important de la protéger et de la restaurer.

Création d’un piège à embacles sur le ruisseau de Pierrolaz

Suite à de fortes intempéries, des embâcles s’étaient sont formés au niveau des passages busés de ce ruisseau en amont du chef-lieu de la Côte d’Aime. Ils ont entraîné des débordements conséquents impactant la commune.

Les Versants d’Aime ont donc décidé de créer un piège à embâcles afin de prévenir un nouvel incident de ce type. Ce dispositif aura un rôle de protection des sites situés à l’aval en permettant une localisation maîtrisée des embâcles, en formant un barrage très perméable, tout en assurant la continuité des écoulements. Il sera placé dans un endroit accessible par un engin pour le retrait de matériaux en toutes conditions (enneigement, crue…) et devrait se situer au niveau du réservoir de Pierrolaz.

A savoir : les communes continuent de gérer les réseaux d’ouvrages de voirie, notamment les dégrilleurs.